Strasbourg : le respect des valeurs de la République vaut mieux qu’une polémique stérile

Conformément au Concordat et au droit local en vigueur en Alsace-Moselle, le Conseil municipal de Strasbourg a voté ce lundi le principe d’une subvention conditionnée pour le projet de mosquée Eyyub Sultan. EELV souhaite en revenir aux faits et appelle les ministres à davantage de pondération dans l’exercice de leur fonction.

Faisant mine d’ignorer les délibérations antérieures votées par les précédentes majorités municipales, plusieurs ministres de la majorité présidentielle (dont le Ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin), se sont émus de cette “subvention” sur Twitter, criant au clientélisme et accusant Jeanne Barseghian, maire écologiste de Strasbourg, de complaisance à l’égard de l’Islam politique.

Quelques explications.

« La première pierre de cette mosquée a été posée dès 2017, en présence du maire Roland Ries et de l’ancien préfet Jean-Luc Marx. Avant le tweet publié ce mardi par le Ministre de l’Intérieur, l’État n’avait formulé jusqu’ici aucune contre-indication sur ce projet ni aucune alerte concernant ses porteurs. Si le Ministre questionne aujourd’hui le financement de ce lieu de culte en particulier, il doit prendre ses responsabilités et nous transmettre tous les éléments en sa possession. » a indiqué Jeanne Barseghian hier en conférence de presse.

Il est par ailleurs faux d’affirmer que l’argent a déjà été alloué à l’association. Le conseil municipal de ce mardi a simplement voté le principe de la subvention, conditionné à la transparence sur le financement du projet et à l’engagement du respect des valeurs républicaines.

Une énième fois, les écologistes sont la cible d’une cabale médiatique orchestrée par le parti de la majorité, qui, fébrile à l’approche d’échéances électorales, n’hésite pas à diffamer ses opposants politiques et à chercher à les discréditer, en témoignent les propos de Marlène Schiappa sur LCI ce mardi 23 mars. 

Une énième fois, ce gouvernement tombe dans la polémique stérile et tente d’allumer des contre-feux afin de mieux masquer ses propres renoncements en matière écologique et sociale. Ces ministres, leurs déclarations et leurs différents démêlés judiciaires, abîment la fonction et sapent la confiance des citoyen.nes envers les institutions.

Une énième fois, les ministres macronistes préfèrent les attaques ciblées sur les réseaux sociaux au dialogue avec les élu.e.s locaux.les, symptomatiques de leur manière de faire et  de leur vision conflictuelle de la société.

EELV appelle le Président de la République à accepter la proposition de dialogue constructif et républicain, formulée par Jeanne Barseghian, maire de Strasbourg, sur un sujet qui ne saurait être traité de façon polémiste, le respect par toutes et tous des valeurs de la République.

Alain Coulombel et Eva Sas, porte-paroles