GRAND CONTOURNEMENT DE LA COMMISSION NATIONALE DE PROTECTION DE LA NATURE POUR LE GCO !
Partager

Le 23 janvier 2018, jour anniversaire de la fin de la Déclaration d’Utilité Publique (DUP) du GCO, un décret et un communiqué de presse du gouvernement sont publiés annonçant la reconduction de la DUP de 8 ans, malgré un avis défavorable de la Commission Nationale de Protection de la Nature (CNPN), (rendu officiellement le 24 janvier !), quant à la poursuite des travaux préparatoires et au projet.

De plus les autorisations telles que les DUP sont bornées dans le temps de manière à ce que leur sens et leur légitimité puissent être réinterrogé.e.s en fonction de l’évolution d’un contexte. Signer une reconduction automatique est une aberration anti-démocratique. Cette décision est choquante et extrêmement révélatrice du fonctionnement du gouvernement où les lobbies sont placés – VINCI en particulier – au-dessus du bien commun, de la démocratie et des préoccupations environnementales.

C’est un nouveau reniement pour le Ministre de l’environnement Nicolas Hulot qui avait pourtant promis de respecter l’avis de la CNPN. Force est de constater que l’avis d’une commission nationale d’expert.e.s telle que la CNPN a été relégué au rang d’accessoire pour le gouvernement, qu’il est possible d’écarter lorsque son verdict ne correspond pas aux attentes courtermistes des lobbies. Un message fort pour les générations à venir : « nous ne nous préoccupons pas de votre santé, de votre bien-être, de votre environnement et de votre avenir ; nous choisissons de balayer d’un revers de la main les alertes lancées par les expert.e.s ».

Europe Ecologie – Les Verts Alsace dénonce et ces pratiques abusives et les décisions qui soutiennent un libéralisme économique destructeur pour notre environnement. À l’heure de l’abandon de Notre Dame des Landes, le GCO ne doit pas devenir le lot de consolation de Vinci et ce au détriment d’un territoire et de la Nature. Les Grands Projets Inutiles et Imposés (GPII) sont nocifs, dangereux et destructeurs et doivent tous être stoppés : ils ne sont pas des pions sur un échiquier gouvernemental déconnectés de la réalité. Nous invitons urgemment le gouvernement à revoir sa position en écoutant l’avis des expert.e.s sur la question, plutôt que de les reléguer au placard. D’ici là, nous continuerons à nous opposer fermement à ce projet d’un autre temps.

Cécile Germain-Écuer, Secrétaire régionale
Michaël Kugler, Secrétaire régional adjoint