RÉACTION D’EELV ALSACE AU MOUVEMENT DIT « DES GILETS JAUNES » DU 17 NOVEMBRE
Partager

Europe Écologie – Les Verts Alsace comprend mais ne soutient pas le mouvement du 17 novembre. La fiscalité écologique est indispensable et doit encore monter en puissance. Cependant, pour ne pas poursuivre l’injustice actuelle, les sommes récoltées doivent non pas éponger les dettes de l’État mais être réinvesties dans des programmes vertueux : chèque énergie plus conséquent ou primes accrues à la conversion comme annoncés par le gouvernement, mais surtout financer une transition écologique d’ampleur, ce qui est loin d’être le cas.

En Alsace comme ailleurs, les petites lignes ferroviaires sont menacées de fermeture ou peu développées, les projets routiers se multiplient, allongeant les distances à parcourir tout en augmentant les niveaux de pollution, l’étalement urbain et la multiplication des surfaces commerciales ne connaissent pas de répit. Le « déménagement » du territoire actuel est à mille lieux de favoriser la transition écologique. Le gouvernement comme les élu·e·s alsacien·ne·s sont co-responsables de cette fuite en avant et la liste est longue comme le bras : GCO, échangeur routier de Niederentzen, liaison routière A5-A35, contournement routier de Châtenois, déviation routière Altkirch-Mulhouse-Burnhaupt… La coupe est pleine et pourtant l’écotaxe reste un doux rêve ; de même, les réouvertures des lignes ferroviaires Colmar-Breisach ou Bollwiller-Guebwiller ne sont pas assez soutenues et, comble de la schizophrénie, doivent faire la preuve de leur rentabilité ! Pendant ce temps, des sommes hallucinantes sont englouties à perte dans le béton et le goudron sans aucun souci de gestion intelligente des deniers publics !

Europe Écologie – Les Verts Alsace appelle donc les révolté·e·s du 17 novembre à agir avec les militant·e·s écologistes pour imposer la taxation du kérosène des avions et du fioul des navires ; à réclamer du gouvernement l’orientation de la totalité des taxes perçues dans la transition écologique ; à se battre avec nous pour la mise en place d’un réseau de car régional cohérent, efficace et attractif, notamment en faveur des zones rurales isolées et des vallées vosgiennes ; à réclamer un moratoire sur l’extension des surfaces commerciales dans les périphéries des grandes villes, véritables pompes à fric ; à lutter contre la fermeture des services publics de proximité, des bureaux de poste, des épiceries, des cabinets médicaux… dans les villages et les petites villes.

Nous appelons aussi toutes celles et ceux qui, lassé·e·s par la persistance de cette politique du tout-routier de l’État et de ses supplétifs régionaux et qui souhaiteraient, comme nous, faire payer les constructeurs-arnaqueurs, à porter un gilet vert ce samedi 17 novembre et après, en voiture ou mieux encore à vélo !

Cécile GERMAIN-ECUER et Mickaël KUGLER, co-secrétaires d’EELV Alsace