RACCORDEMENT FERROVIAIRE DE L’EUROAIRPORT : LE RAIL POUR ENCOURAGER L’AVION, NON MERCI !
Partager

La concertation préalable relative à l’aménagement d’un raccordement ferroviaire direct de l’Euroairport pose plusieurs questions concernant l’accès à cet équipement et à ses conséquences.

Précisons tout d’abord qu’Europe-Ecologie Les-Verts (EELV) Alsace est favorable au développement des modes de transport alternatifs à la voiture individuelle. Par ailleurs, nous défendons l’idée que l’utilisation des infrastructures existantes est à privilégier à la réalisation de nouveaux équipements, consommateurs de terres agricoles et destructeurs de milieux naturels.

Rappelons aussi que la Suisse dispose de plusieurs aéroports, dont celui de Zürich qui semble atteindre ses limites, tandis que l’Euroairport peut encore faire croître son trafic ; il semble constituer une solution à la saturation des aéroports de la Confédération Suisse.

Toutefois, nous estimons que l’utilisation de l’avion doit se limiter aux seuls déplacements que des transports terrestres ou maritimes ne peuvent raisonnablement assurer.

Ainsi, EELV Alsace refuse de favoriser un équipement aéroportuaire qui soutient voire encourage les vols low-cost européens ou proche-européens. Le projet de raccordement ferroviaire, censé faciliter l’accès à l’aéroport, engendrera inévitablement, sauf événement majeur, un accroissement du trafic aérien sur le même modèle qu’actuellement : vols à bas coûts et « de proximité » souvent en concurrence avec l’offre ferroviaire, bien moins polluante. Faut-il rappeler qu’à ce jour, le kérosène n’est toujours pas taxé !

EELV Alsace dénonce donc en l’état le projet de raccordement ferroviaire. Cette position raisonnable s’inscrit dans le cadre des engagements pris par la France lors de la COP21 à Paris pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Notre argumentaire est d’ailleurs identique à celui des Grünen de Bâle Ville et de Bâle Campagne.

Nous exprimons aussi notre refus de la suppression de la gare de Saint-Louis-la-Chaussée. De plus, à terme, le prolongement de la ligne 3 du tramway bâlois offrira une desserte en site propre de l’Euroairport depuis le centre-ville de Bâle et depuis la gare SNCF de Saint-Louis, d’où l’inutilité d’un investissement conséquent en faveur d’un raccordement ferroviaire.

Dans la même logique et pour répondre aux attentes légitimes des riverains, nous demandons l’interdiction des vols de nuit entre 23h et 6h du matin comme dans le reste de la Suisse. Les priorités doivent être axées sur l’amélioration de l’offre ferroviaire existante, de proximité et du quotidien, et non sur des projets très couteux et aux incertitudes trop grandes.

C’est pourquoi, EELV Alsace considère comme prioritaire le financement des réouvertures des lignes ferroviaires Bollwiller-Guebwiller et Colmar-Breisach et par conséquent comme inutile la création d’un raccordement dont le but ultime sera le développement du transport aérien et non le report modal.

Le Conseil Politique Régional d’EELV Alsace