Parce qu’il n’y a pas de paix nucléaire
Partager

Le Prix Nobel pour la paix décerné par le Comité Nobel norvégien a été attribué à la coalition d’ONG ICAN (Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires). Il reconnaît par là le travail exigeant et inlassable de cette coordination pour un véritable désarmement nucléaire. Les écologistes se réjouissent de ce prix qui vient récompenser les efforts des militant-e-s associatifs et politiques et qui jette une lumière crue sur le risque que fait peser le nucléaire sur toute l’humanité.

Cette récompense succède au bel accomplissement qu’a été l’adoption par les Nations-Unies, grâce au vote favorable de 122 États, du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires. Il rappelle aussi à la France que la perpétuation de la force nucléaire, dont l’entretien coûte chaque année 3,4 milliards d’euros au contribuable français, est dépassée : la sortie du nucléaire, civil et militaire, est une urgence.

Loin du discours présidentiel, les écologistes rappellent que la prolifération des armes nucléaires est tout sauf dissuasive. Elle enferme la France dans une dépendance aux ressources nécessaires au nucléaire, l’uranium, et influence la politique et la diplomatie internationale.

Les écologistes rappellent leur vive opposition au nucléaire, tant civil que militaire.

Seule la prise en compte des enjeux environnementaux peut permettre de sortir de l’engrenage du nucléaire. Les dégâts provoqués par le nucléaire, civil ou militaire, sont difficilement réversibles. Les conséquences sur les zones touchées par une arme nucléaire comme par une catastrophe nucléaire perdurent, au delà des victimes immédiates, des centaines d’années, rendant la terre, l’eau, impropres à nourrir et produire. En reconnaissant la prévalence des enjeux environnementaux, en considérant l’importance des communs (eau, air, biodiversité,…), en instaurant la reconnaissance du crime d’ecocides, l’Europe saurait se doter d’outils rendant inopérantes les velléités de certains Etats de conserver un armement atomique.

Europe Écologie Les Verts demande au gouvernement d’entendre le message du comité du Nobel, de respecter les dispositions des traités anti-prolifération que la France a signé et de cesser les programmes de « modernisation » de l’arme atomique. Le nucléaire est tout sauf moderne : il est tragiquement dépassé.

Europe Écologie Les Verts demande au gouvernement que la France soutienne le traité d’interdiction des armes nucléaires et s’engage vers le désarmement nucléaire. Il est temps que l’ensemble des États nucléaires rejoignent le traité d’interdiction des armes nucléaires.

Europe Écologie Les Verts soutient et appelle à participer au Forum social mondial antinucléaire qui se tiendra à Paris du 2 au 4 novembre.

Julien Bayou et Sandra Regol, porte parole nationaux