L’AVENIR DE L’ALSACE
Partager

En ce mois de novembre 2018, centenaire de la fin de la Grande Guerre, les Présidents allemand et français se sont retrouvés à la cathédrale de Strasbourg. Ils y ont rappelé la volonté des deux pays de tirer les leçons du passé pour avancer ensemble. Or, si nous, Europe-Ecologie – Les Verts Alsace, ne pouvons qu’appuyer de telles intentions, l’ordre des priorités esquissé ces derniers jours a de quoi nous inquiéter.

En effet, le choix des rencontres du Président français est lourd de sens : alors que dix grévistes de la faim anti GCO demandaient audience, c’est Roland Mack, businessman du loisir et propriétaire d’Europa Park qui fut reçu.

Alors qu’il est possible de booster les relations transfrontalières, en réaffirmant avec force la volonté de ré-ouvrir la ligne ferroviaire Colmar-Breisach, les échanges se sont donc cantonnés à évoquer un projet de desserte par téléphérique du parc de loisir d’Europa Park !

Europe-Ecologie Les-Verts Alsace déplore que la prise en compte des enjeux réels du territoire ne soit pas davantage de mise chez les « bâtisseurs » de la nouvelle Collectivité Européenne d’Alsace – CEA. Plutôt que de s’enthousiasmer pour un visuel commun sur les plaques minéralogiques, n’est-il pas plus pressant de parler ouvertement d’écotaxe et de tourner le dos au tout routier : GCO, barreau A35-A5, déviation Altkirch-Mulhouse-Burnhaupt… ?

Les alsacien·ne·s demandent des alternatives crédibles aux coûteux déplacements individuels. Dimanche dernier, une importante foule de soutien aux grévistes de la faim demandait un moratoire sur le projet du GCO : seront-ils entendus ? Rien n’est moins sûr.  Il est grand temps que les ministres et le Président de la République tiennent compte des préoccupations des alsacien·ne·s en matière d’environnement comme de santé publique. L’Alsace mérite mieux que de la poudre aux yeux !

Le BER d’EELV Alsace
Philippe AULLEN, Cécile GERMAIN, Mélanie GOERKE, Alexandre GONÇALVES, Michaël KUGLER, Loïc MINERY, Christelle SYLLAS