GCO : IL N’EST PIRE SOURD QUE CELUI QUI NE VEUT PAS ENTENDRE
Partager

Avec la publication du rapport de l’enquête publique « loi sur l’eau » pour l’échangeur Nord du GCO (portion SANEF), il y a désormais 7 instances indépendantes qui se sont penchées sur le projet, l’ont étudié, épluché, et évalué. Pour la septième fois, la conclusion est la même : avis défavorable !

L’accumulation des différents avis et arguments couvre de nombreux aspects du projet, comme son impact non compensable sur la biodiversité, l’augmentation de la pollution atmosphérique ou encore le fait qu’il ne règle en aucun cas la problématique des bouchons. Les constructeurs, le gouvernement et les élu·e·s de l’Eurométropole ignorent ces avis et jouent aux trois singes qui ne veulent rien entendre, rien voir et rien dire.

Maintenant que les différentes instances d’expert·e·s ont confirmé l’obsolescence du projet, il est plus que temps d’y mettre fin. Avec de telles lacunes, il est irréaliste de vouloir « améliorer le dossier » comme le pense Robert Hermann, président de l’Eurométropole.

Chaque seconde et moyens complémentaires consacrés à la réécriture du dossier sont vains et font perdre un temps précieux à l’émergence de solutions alternatives, tel que le développement de transports collectifs supplémentaires, la mise en place du ferroutage et l’application tant attendue de l’écotaxe.

Par ailleurs, faut-il rappeler que l’urgence va à la préservation de notre environnement et à l’arrêt de la catastrophe écologique en cours. Un tel projet va à l’encontre de cet objectif primordial et contredit le plan sur la préservation de la biodiversité présenté par Nicolas Hulot.

Ainsi, Europe Écologie – Les Verts Alsace invite le gouvernement à mettre en application au plus vite ce plan biodiversité, application qui passe forcément par l’abandon pur et simple du GCO.

Le BER d’EELV Alsace

Philippe AULLEN, Cécile GERMAIN, Mélanie GOERKE, Alexandre GONÇALVES, Michaël KUGLER, Christelle SYLLAS