Décès d’une exilée enceinte : le ministre Collomb doit s’expliquer
Partager

Une Nigériane enceinte est décédée il y a quelques jours à Turin après avoir été reconduite à la frontière par les gendarmes Français. Une information judiciaire a été ouverte en Italie.
Alors qu’elle était enceinte de 6 mois et qu’elle souffrait d’un lymphome, elle a voulu finir sa grossesse auprès de sa sœur en France mais les gendarmes français ont bloqué le couple à la frontière le 9 février dernier. L’exilée est morte la semaine dernière dans un hôpital de Turin. Son bébé, né à 29 semaines de grossesse est un grand prématuré et pèse 700 grammes. Une information judiciaire a été ouverte en Italie.

Cette affaire n’est pas isolée puisqu’un bénévole a récemment été convoqué après avoir porté assistance à une famille nigériane, dont une femme enceinte.

Les écologistes s’insurgent contre la politique menée par le ministre de l’intérieur, inhumaine et abjecte. Sous la présidence Macron, à mille lieux des discours emprunts de fraternité, le déni d’hospitalité se fait crime.

Le ministère de l’intérieur doit s’expliquer sur ce désastre : oui ou non les gendarmes ont-ils obéi à des consignes ? Si oui c’est toute la chaîne de responsabilité qui doit en assumer les conséquences.

Julien Bayou et Sandra Regol, porte-parole nationaux