Communiqué de presse : Incapacité des infrastructures françaises à soutenir le réseau ferroviaire allemand bloqué
Partager

L’affaissement de la voie ferroviaire à Rastatt (Allemagne) à cause des travaux de construction d’un tunnel, a pour conséquence l’interruption depuis mercredi 16 août 2017, des liaisons de marchandises entre Rotterdam / Hambourg et la Suisse (Bâle). Il faut rappeler qu’il s’agit d’un axe essentiel pour la Suisse, avec plus de 250 trains de marchandises au quotidien qui forment un cordon ombilicale pour ce pays qui mène depuis plus de 30 ans une politique de fret ferroviaire.

Un tunnel ferroviaire est en cours de construction à Rastatt et bientôt un similaire à Offenburg. Ils doivent permettre la circulation de plus de 330 trains de fret d’ici 2020, dont une partie emprunteront le nouveau tunnel du Gothard en Suisse.

La France pourrait apporter son soutien à ses voisin.e.s allemand.e.s et suisses durant le temps nécessaire aux réparations des dégâts, qui prendront plusieurs semaines, en particulier via la proposition de détourner une bonne partie de ces trains de fret par l’Alsace, entre Rastatt et Strasbourg.

Malheureusement, il est impossible d’accueillir ces trains à cause de l’absence historique d’investissements et de politique volontariste en faveur du fret ferroviaire en France.

D’une part, la ligne à double voie Strasbourg à Lauterbourg, connectée à Wörth près de Karlsruhe n’est pas électrifiée et insuffisamment entretenue pour supporter un tel trafic de fret.

D’autre part, le pont ferroviaire entre Roeschwoog et Rastatt, connecté à la ligne Strasbourg à Lauterbourg, est désaffecté depuis plusieurs années bien que les rails soient toujours présents dans la chaussée de la route départementale n°87.

À force de supprimer des bouts de ligne sur l’autel d’économies toutes azimuts, nous avons désormais un réseau ferroviaire français peu maillé, n’offrant pas de souplesse pour répondre ponctuellement à des urgences telles que celles survenues à l’occasion de cet accident.

À cause de ces manquements, l’ensemble du réseau ferroviaire, autant passager que de fret, est extrêmement fragile et s’effondre au moindre imprévu.

Et alors que nos voisin.e.s développent une politique pérenne et volontariste de transports ferroviaires, la stratégie française reste inexorablement bloquée sur une surabondance de transports routiers, avec ses problématiques de bouchons, d’impacts sur la santé et l’environnement.

Pire : cela empêche une politique ambitieuse, à l’instar de celle réalisée en Suisse, de transfert des camions vers le rail, et donc d’éviter les camions en transit circulant sur nos routes (notamment dans la traversée de Strasbourg).

C’est pourquoi, nous réaffirmons la nécessité d’orienter les investissements en faveur des modes de transport respectueux de l’environnement, au premier titre le ferroviaire, et la réouverture des barreaux ferroviaires internationaux, notamment celui entre Haguenau / Roeschwoog à Rastatt ainsi que celui de Colmar à Freiburg, à la fois pour le fret mais aussi pour les passagers.

Contacts

 

Michael KUGLER, co-animateur d’EELV Strasbourg :

06.87.33.61.10

michael@ckugler.fr

 

Meike Westerhaus, co-animatrice d’EELV Strasbourg :

06.52.72.75.15

meike.westerhaus@posteo.de